Membres du centre | Anciens membres

Louise Virole

Docteure en sociologie - Ancien membre

Coordonnées professionnelles

louise.virole[at]wanadoo.fr

Présentation

  • Louise Virole était doctorante au CADIS (EHESS-CNRS). Elle a soutenu sa thèse le 20 septembre 2018 à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales : « Grossesse et reconnaissance du sujet. Parcours de soins de femmes enceintes primo-arrivantes en France », sous la direction de Philippe Bataille, directeur d’études à l'EHESS. Louise Virole a bénéficié d'un contrat doctoral de l'EHESP.

Le jury de thèse était composé de :

Philippe Bataille, Directeur d'études à l'EHESS, CADIS (directeur de thèse)

Jules Falquet, Maîtresse de conférences HDR à l'Université Paris Diderot, CEDREF-LCSP (Rapporteure)

Marie Jaisson, Professeure des universités en sociologie à l'Université Paris XIII, IRIS (Rapporteure)

Clélia Gasquet-Blanchard, Maîtresse de conférences en géographie à l'EHESP, ESO

Nacira Guénif-Souilamas, Professeure des universités en sciences de l'éducation à l'Université Paris VIII Vincennes Saint-Denis, EXPERICE

Nasima Moujoud, Maîtresse de conférences à l'Université Grenoble Alpes, LARHRA

 

Résumé

 

Cette thèse étudie les formes de subjectivation produites au cours des parcours de soins de femmes enceintes primo-arrivantes – étrangères arrivées depuis moins de cinq ans sur le territoire français. L’enquête de terrain s’appuie sur des observations au sein de structures de soins à Paris et en Seine-Saint-Denis, ainsi que sur une soixantaine d’entretiens semi-directifs menés avec des professionnelles de la périnatalité et des femmes primo-arrivantes enceintes ou ayant accouché récemment en Île-de-France. À partir de ce travail ethnographique, la thèse analyse de manière intersectionnelle les effets subjectivants de l’entrée dans des dispositifs médico-sociaux dédiés aux femmes enceintes primo-arrivantes. Alors que dans un premier temps, l’annonce de la grossesse fragilise les conditions de vie de ces sujets déjà exclus en France, les femmes primo-arrivantes acquièrent en revanche une légitimité auprès des institutions médicales du fait de leur grossesse. Identifiées comme public à risque prioritaire par les politiques de santé publique, ces femmes sont orientées vers des prises en charge spécifiques, qui participent à les reconnaitre en tant que sujets. La thèse interroge les effets réifiants de cette reconnaissance : reconnues uniquement grâce à leur corps enceint, ces femmes connaissent une forme d’assignation racialisée à la maternité. Dans ce contexte, les femmes enceintes primo-arrivantes peuvent en venir à mobiliser leur corps enceint comme ressource pour limiter les effets de la domination. En définitive, la thèse donne à voir les mécanismes d’altérisation ethno-raciale opérés par les professionnelles de santé et les pratiques de résistance des usagères au sein des dispositifs dédiés.

Mots clefs : grossesse, primo-arrivantes, intersectionnalité,  migration, subjectivation, maternité, reconnaissance

 

Enseignements

EHESS
CNRS

flux rss  Actualités de l'EHESS

Dernière modification : mercredi 20 février 2019

CADIS
EHESS-CNRS
54 boulevard Raspail
75006 Paris
Tél. : +33 (0)1 49 54 24 27
Fax : +33 (0)1 49 54 26 43

 

Contact :
Zouhour.Ben-Salah@ehess.fr

 

Gestion du site web :
Melanie.Falck@ehess.fr